Adulte, Drame, Romance, Young adult

Nos étoiles contraires

9782092543030

Titre: Nos étoiles contraires

Auteur: John Green

Editeur: Nathan

Date de parution: 21 février 2013

Genre: Drame/romance

 


Ma Notebarre 3

Résumé

Entre rire et larmes, le destin bouleversant de deux amoureux de la vie. Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

Mon avis

Pour commencer, j’ai mis longtemps à lire cette oeuvre, c’était un véritable défi pour moi. Le premier de cet auteur aussi. Et je pense que je lirai d’autres de ses romans. Cependant Nos étoiles contraires ne m’a pas attiré au départ. La couverture est sans valeur. Le titre pas évocateur. Heureusement que j’en avais entendu parlé sinon je n’aurai même pas regardé la quatrième de couverture.

Je suis mitigée quant à l’avis à donner sur ce livre. Je n’ai pas pleuré, non pas que je suis insensible, seulement tout est écrit de manière à nous empêcher de nous lamenter sur les personnages. Car eux même ne se plaignent pas. Ils sont courageux, ils profitent de la vie tant qu’ils peuvent. Partie de là, je me voyais mal pleurer sans « casser » ce mental qu’ils s’étaient forgés.

Pour l’histoire donc, on se retrouve avec Hazel qui est malade, en phase terminale précisément. Seul un médicament lui permet d’allonger sa vie pour le moment. Elle ne sait pas quand viendra la fin et à vrai dire, elle ne veut pas le savoir. Ce serait pour la citer « un effet secondaire de la mort » que d’avoir peur. Sans trop d’entrain elle participe à un groupe de soutien avec des jeunes porteurs de la même maladie. C’est là qu’un jour elle rencontre Augustus, qui est lui, en rémission. Il n’est pas comme les autres. Et il l’invite le premier jour de leur rencontre. De là, la relation va évoluer. Hazel peut elle tomber amoureuse tout en sachant qu’elle fera souffrir Augustus à sa mort ? Comment avoir une relation dans des conditions pareilles ? Les deux tourtereaux vont tout défier, et surtout la maladie. Avec un humour étonnant, ils détournent les maux, les douleurs et les contraintes. Ils s’amusent de leurs problèmes au lieu de s’en plaindre, et cela devient leur force. Vont ils réussir à vivre leurs rêves ?

Hazel et Augustus ont tout deux un caractère positif. Toujours à trouver le bon dans une situation donnée, mais aussi à voir la réalité en face, sans trembler. Isaac leur ami est de la même trempe, à croire que la maladie et la souffrance change la vision de la vie. C’est un des message de l’oeuvre. Le vécu de l’entourage autour des malades aussi est bien représenté auprès de la famille de Hazel. Vivre malgré tout. Ne pas chercher de faux espoirs mais affronter les jours qui viennent sans se plaindre.

J’ai presque trouvé cela trop marqué. Trop dur. Car tout le monde n’a pas ce caractère et cette force. Et le découragement à aussi le droit de prendre la place de temps à autre, s’abandonner dans les bras de ses parents et pleurer n’est pas mal… C’est magique ce que Hazel et Augustus parviennent à faire, de même que Isaac, cependant ce n’est pas assez proche de la réalité. De mon avis personnel, je trouve que cela manque cruellement à ce livre. Ce n’est qu’à la fin qu’on s’aperçoit que Hazel se laisse aller. Les messages présents dans l’oeuvre sont réels et beaux, mais les personnages en eux même manquent de réalisme.

Cela dit c’était peut être le but de l’auteur, montrer ce coté puissant et fort des personnes atteintes de maladie, leur détermination dans ce combat. Les féliciter et les encourager par ce biais et nous montrer à nous que la souffrance ne rend pas forcément faible mais au contraire, qu’elle peut nous apprendre beaucoup sur la vie.En ce sens bravo Monsieur Green pour eux et pour les leçons de vie présentes dans votre livre.

Néanmoins, je ne m’attendais pas à cela. Je crois que c’est une sorte de déception qui me rend mitigée sur l’avis à donner. Le livre est bien écrit, les actions s’enchaînent bien que parfois cela deviennent un peu lent, mais ça passe. Et c’est un roman jeunesse, chose à laquelle je n’avais pas pensé au début. Forcément le réalisme sera moins présent. Mais comme sur ce sujet je cherchais l’humour et le réalisme, je n’ai pas lu l’oeuvre avec le bon état d’esprit…^^

2 thoughts on “Nos étoiles contraires”

Un petit mot est toujours lu et très apprécié

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s