Aventure, Science fiction / Fantasy, Young adult

La cité T1, la lumière blanche

bKClJYreF0JKlFccnswmOczSC7oTitre: La cité. 1# La lumière blanche

Auteur: Karim Ressouni-Demigneux

Éditeur: Rue du monde

Genre: Aventure /science fiction

Pages: 220

 

 

Résumé

Imaginez un jeu révolutionnaire, totalement virtuel mais en temps réel. Un jeu où l’on pleure, où l’on saigne, à travers un autre soi-même. Un jeu où tout peut arriver, même mourir. Une énigme absolue où il faut tout découvrir, y compris le but du jeu…

Ce jeu existe : il s’appelle La Cité.

Comme dix millions de Terriens, Thomas a eu la chance de pouvoir entrer dans La Cité. Et tout a changé… Peu à peu, il a rencontré les amis que La Cité lui destinait, Arthur, Liza et Jules César. Avec eux, il a découvert ses pouvoirs. Il a aussi repéré ses ennemis, comme Jonathan, son copain de lycée… Puis tout s’est emballé. Mystères et coups de théâtre se sont entrechoqués, ont submergé les esprits. Jusque dans la vraie vie…

Avertissement : Dans La Cité, ne partez jamais de votre véritable vie, sinon la lumière blanche vous accablera.

Mon Avis

Cette série jeunesse parue en 2012, je n’en avais eu aucun écho, j’ignorais son existence jusqu’à ce que je tombe dessus via un catalogue. Le résumé m’a interpellé. Un jeu vidéo réaliste, et des répercussions sur la réalité ? Voilà qui promettait d’être intéressant.

Thomas est comme beaucoup, il aime les jeux vidéos. Et ce nouveau concept l’attire comme une aimant. Vivre dans un jeu ? Ressentir ? découvrir soi même le but ? Quoi de plus excitant. Avec son ami Jonathan ils s’inscrivent et reçoivent bientôt des… « manettes » originales. Une fois le personnage crée Thomas atterrit dans la cité qui est une immense ville. Chacun « naît » à un endroit différent. Et c’est vrai, il vit dans ce jeu, une seconde vie. C’est enivrant et excitant. personne ne sait ce qu’il faut faire alors chacun explore et les forums apparaissent, alimentant tous les sujets possibles sur le jeu.Thomas croise vite la route d’Arthur et quand il lui serre la main, des flashs de la vie de son avatar apparaissent. On dit alors qu’ils sont « connectés », faits pour être amis dans la Cité. Il se rend également compte que son personnage vit toujours quand lui s’en va. Liza ne tardera pas à rejoindre les deux jeunes garçons. Et enfin JC. Tous les 4, ils sont connectés… et ils ont des pouvoirs. Par exemple, Arthur et Thomas peuvent voir le passé d’un personnage en le fixant dans un miroir…

Tout cela est beau, mignon et gentillet mais que doivent ils faire ? De plus Thomas se retrouve à jouer de plus en plus ce qui n’est pas pour plaire à son père. Et voilà que son ami, Jonathan ne lui parle plus, et devient agressif à son égard. Il ne veut pas parler de La Cité et fuit Thomas. En fait beaucoup de choses sont bouleversées au fur et à mesure que notre héros avance dans le jeu. Il croit voir sa mère dans une boutique de la cité alors que celle ci est décédée à sa naissance. Il a du mal à se connecter avec la réalité et ce qui le passionnait auparavant, la magie, n’est plus aussi… bien. Il ne pense qu’à la Cité. Le but du jeu, les étranges choses qui apparaissent là bas, les découvertes des autres joueurs bref…tout. Mais une chose est sure, Thomas ne connait pas les joueurs derrière les avatars car dans ce jeu on ne peut pas parler de la réalité. Si l’un d’eux commence à l’évoquer il va ressentir des picotements douloureux… provenant de la lumière blanche. Qu’est ce que cette chose ? C’est une puissante lumière qui enveloppe le joueur à chaque fois qu’il entre dans le jeu.

Il y a de quoi piquer la curiosité de chacun dans ce premier opus. Et ce qui est rageant pour les impatients tels que moi, c’est qu’on avance au même rythme que Thomas… Impossible de deviner à l’avance ce qu’il va se produire. Le suspens reste entier du début à la fin, ne nous révélant que des bribes d’informations que sont les compréhension de Thomas et ses amis. Pourquoi ce jeu ? Quel en est le but ? Comment est il financé ? Pourquoi est il interdit de parler de soi ? Et tant d’autres questions s’ajoutent au fur et à mesure de l’intrigue qui s’épaissit, s’étoffe, mais en rien n’est résolue.Et il est important de retenir les infos qu’on nous donne au compte goutte. Car sans prévenir, cela peut servir et il est alors utile de s’en rappeler pour ne pas perdre le fil.

Voilà le seul point un peu pénible de mon avis: Il faut une bonne mémoire, ou lire les tomes les uns après les autres, et être attentif dans sa lecture afin de bien tout saisir. Cette série met notre mémoire à rude épreuve. Elle titille notre cerveau qui se met en 4 pour y comprendre quelque chose. Paradoxalement rentrer dans le livre est très facile. S’ identifier à Thomas ou un de ses amis aussi.C’est très simple à imaginer, et les images défilaient dans ma tête sans même que je n’y réfléchisse. J’ai adoré. Et j’ai bien vite poursuivis avec le tome 2, ne pouvant guère attendre pour connaître les secrets de ce jeu étrange…

Franchement, à partir de 12 ans, si vous aimez l’aventure, le suspens, les choses un peu étranges, vous allez vous éclater avec ce roman. N’hésitez plus, et entrez vous aussi dans La Cité…

La cité, 1# la lumière blanche

Un petit mot est toujours lu et très apprécié

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s