Dystopie, Young adult

Transférés

Transferes_hd

Titre: Transférés

Auteur: Kate Blair

Éditeur: Michel lafon

Parution: 13/04/17

Genre: Dystopie/ young adult

 

 

4ème de couverture

Dans un futur proche, l’humanité a trouvé le moyen de soigner toutes les maladies : les transférer aux criminels, dont la quasi-totalité vient des ghettos, maintenus au ban d’une société qui touche à la perfection.

C’est dans ce monde qu’est née Talia Hale. À 16 ans, elle est la fille chérie d’un politique qui se voit déjà Premier ministre d’Angleterre. Atteinte d’un simple rhume, au plus grand dégoût de son entourage, elle doit subir son premier transfert. Mais à l’hôpital, Talia sauve une petite fille d’une agression. [résumé coupé volontairement]

Mon Avis

Merci à Camille et aux éditions Michel Lafon pour la lecture de ce roman dont le résumé m’avait fait de l’oeil. La couverture au contraire me rebutait mais bon. Par contre je trouve que le dit résumé en dit trop aussi l’ai je coupé afin d’éviter les spoilers.

Nous voici donc confrontés à un monde qui ne connaît, en théorie, plus la maladie. En effet il suffit de transférer son mal à un criminel et le tour est joué. C’est dans cet univers presque parfait que vit Talia, 16ans, fille d’un candidat au poste de ministre. Elle est donc très connue et très riche. Mais voilà, elle attrape un rhume. Il faut donc l’emmener à l’hôpital au plus vite pour le transfert. Là bas Talia va commencer à se poser des questions sur la vie, puis va sauver une petite fille d’une agression ce qui va déclencher en elle, une véritable quête du savoir. Cherchant à retrouver la petite, elle va se rendre compte de la précarité dans laquelle vivent la plupart des gens pauvres, de quoi ces gens sont dépouillés et pourquoi… Mais pour poursuivre sa découverte, il va falloir qu’elle bouleverse son propre monde…

Il faut savoir que si notre héroïne à 16ans, sa naïveté est déconcertante. Elle a pourtant vécu un drame, mais s’accroche à son confort et sa vie dorée. Au départ je lui aurait donné 13ans. Heureusement, elle évolue très rapidement (trop ?) une fois qu’elle découvre la vie des autres. Dés lors, nous avons affaire à une vraie jeune fille, prête à tout pour obtenir ce qu’elle cherche. Je l’ai préféré ainsi mais le changement est un peu brutal à mon goût.

Le sujet et le développement de l’intrigue sont vraiment intéressants. Ce système qui permet aux riches de vivre royalement et sans maladie, mais qui oblige les plus démunis à rester malade voir à se voir transférer une maladie s’ils ont le malheur de commettre la moindre faute pousse au questionnement sur bien des valeurs. L’humanité notamment, le respect de la vie, et j’en passe. Il y a énormément de potentiel, surtout lorsque Talia découvre les ghettos et se rebelle contre son père. Malheureusement, et j’avoue que cela m’a profondément déçue, nous restons en surface de tout cela. Il y a limite plus d’intérêt à la romance entre Talia et le garçon qu’elle va rencontrer, qu’à la situation profonde. Disons qu’il y avait matière à aller plus loin et que j’en attendais donc davantage.

Après au vu du nombre de pages, j’ai vite compris que le tout serait limité, et je comprends parfaitement qu’on ne peut ou veut pas faire un pavé. Aussi je pense qu’un public adolescent pourra se satisfaire de ce roman qui donne malgré tout un bon aperçu du sujet évoqué, et des personnages attachants (pas forcément le perso principal étonnamment). Le tout comprenant de l’action et des émotions.

En résumé c’est un livre fait pour quelqu’un qui cherche une dystopie courte, simple et vite expédiée dont il ne se souviendra pas longtemps mais qui sur le moment, sera distrayante. A éviter si vous êtes en recherche de profondeur, d’exploration d’un univers car vous serez vite limité…

kinou mitigé

 

6 thoughts on “Transférés”

  1. Ce livre me faisait très envie lorsque j’ai lu son résumé sur internet, mais quand j’ai vu la taille du roman en magasin, ça m’a finalement un peu refroidie … Dans les univers dystopiques, j’ai du mal à concevoir qu’un auteur arrive à développer à fond son univers en si peu de pages … Ta chronique me prouve bien que c’est le cas! C’est bien dommage parce que l’idée de base était originale …

    Aimé par 1 personne

Un petit mot est toujours lu et très apprécié

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s