Adulte, Drame, Guerre, Tranche de vie

Mischling

f4990-9782330081683

Titre: Mischling

Auteur: Affinity K

Éditeur: Actes Sud

Parution: septembre 2017

Genre: guerre/drame

Pages:368

4ème de couverture

Pearl et Stasha ont douze ans, sont jumelles. Deux jeunes filles ordinaires. Mais pour les nazis, elles ont une particularité : ce sont des mischlinge, des sang-mêlé. C’est à ce titre qu’elles sont déportées à Auschwitz, à l’automne 1944, avec leur mère et leur grand-père. À leur descente du wagon à bestiaux dans lequel elles ont voyagé pendant plusieurs jours, les soeurs sont immédiatement repérées par un garde. Ce dernier les conduit à un homme en blouse blanche, à la mise impeccable et au physique d’acteur hollywoodien. Un homme attentionné, souriant, au regard amical – il distribue des bonbons, demande à se faire appeler “Oncle”. Elles ne tarderont pas à découvrir que ce médecin, Josef Mengele, est un monstre capable des pires atrocités. Tout comme les enfants qui les entourent, Pearl et Stasha ont été sélectionnées pour faire partie de son “Zoo”.

Mon Avis

Voici un roman pour lequel il m’a fallu prendre du recul avant de chroniquer. Comme vous vous en douter, c’est un livre vraiment profond, sur un aspect de la guerre que nous ne connaissons pas forcément. J’ai eu du mal à en ressortir, mais je pense à présent pouvoir vous le présenter.

Pearl et Stasha, douze ans, sont jumelles. Voilà pourquoi, lors de leur déportation à Auschwitz, elle seront séparées de leur mère et leur grand père. Elles vont intégrer le « zoo » du docteur Joseph Mengele, un homme en apparence doux, qu’elles devront appeler « Oncle ». Là bas, elles rencontreront un tas d’enfants comme elles, de tous âges. Des jumeaux, des triplés, des enfants handicapés physiquement ou mentalement, bref des enfants particuliers qui attisent la curiosité de ce docteur. Elles ne vont pas tarder à rencontrer la mort, les privations, l’horreur. On leur promet de prendre soin de cette mère, et ce grand père en échange de leur collaboration. On les manipule… Ces deux soeurs que rien ne sépare peuvent heureusement compter l’une sur l’autre, ainsi que sur quelques amis…

Et pourtant, grâce à ces deux jumelles, Pearl et Stasha, qui tour à tour vont se rendre narratrices de l’histoire, l’auteur ne va pas se laisser aller aux descriptions sordides, à la surenchère d’horreurs. Nous allons voir la vie dans ce camp, à travers les yeux de ces jeunes filles. Leurs pensées nous sont dévoilées, et ainsi nous comprendront vite que, bien que très différentes elles n’aspirent qu’à un but, protéger l’autre. Protéger leur famille également. Et leur plus grande crainte, être séparées. A chacune sa façon de mettre en pratique, d’interpréter ce qu’elles voient et entendent.

Chapeau à la plume de l’auteur qui a su poser des mots sur la barbarie grâce à la naïveté, l’imagination, l’espièglerie parfois de ces jeunes filles. C’est pourtant parfois très dur, et je ne nie pas avoir pleuré au fur et à mesure de ma lecture. On ne sait à aucun moment ce qu’il va advenir de nos deux jeunes héroïnes tant l’auteur entretient un suspens, une tension palpable tout au long du récit. J’ai eu plus d’une fois la gorge nouée d’angoisse. Toutefois, on ne perd jamais de vue, l’espoir. La lumière au fond de ce vieux tunnel empli d’immondices. Même au plus profond de leur détresse, Pearl et Stasha entretiennent cet infime éclat. En cela elles sont aidées par « père des enfants » un homme dont on apprendra beaucoup au fil du récit, mais aussi de Peter, Mirko et d’autres qui auront un rôle non négligeable dans la vie des jumelles.

On ne ressort pas indemne d’une telle lecture. Je suis passé par un panel d’émotions énorme, j’ai vécu des instants uniques. J’ai partagé un peu de leur vie et j’aimerais remercier l’auteur pour cette immersion intense et sa plume envoûtante sans pour autant nous abrutir de sang et de descriptions macabres. C’est tout de même un roman à ne pas mettre entre toutes les mains. Il faut savoir à quoi s’attendre et vouloir lever le voile sur cette partie de la guerre encore assez méconnue. C’est franc, parfois vraiment très dur, mais c’est surtout réel. Je me suis énormément attachée à Pearl et à Stasha. Ces deux jeunes filles seront à jamais pour moi le symbole d’une autre vie à Auschwitz. 

kinou cpt gaga

 

3 réflexions au sujet de “Mischling”

Un petit mot est toujours lu et très apprécié

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s