Mini chronique en folie !

Mini chronique en folie #3

1385-267fantasy-door

 

Et c’est reparti pour un tour puisque, écrire une chronique sur chaque livre lu est impossible, en tout cas pour moi, et que malgré tout, certains méritent un petit avis, qu’il soit bon ou mauvais. J’ai sélectionné cette fois ci, deux mangas, un début de saga, et une BD ! 

le-pensionnat-de-mlle-geraldine,-tome-1----tiquette---espionnage-410965-264-432Etiquette & espionnage, le premier tome du pensionnat de Mlle Géraldine, par Gail Carriger aux éditions le livre de poche.

Angleterre, début du XIXe siècle. Sophronia, 14 ans, est un défi permanent pour sa mère : elle préfère démonter les horloges et grimper aux arbres plutôt qu’apprendre les bonnes manières ! Mme Temminnick désespère que sa fille devienne jamais une parfaite lady, aussi l’inscrit-elle au Pensionnat de Mlle Géraldine qui s’attache au perfectionnement des jeunes dames de qualité. Très vite, Sophronia comprend que cette école ne correspond pas exactement à l’idée que sa mère s’en faisait. Certes, les jeunes filles y apprennent l’art de la danse, celui de se vêtir et l’étiquette, mais elles font aussi l’apprentissage de la diversion, de l’espionnage et de l’acte de donner la mort – tout cela de la manière la plus civilisée possible, bien sûr. C’est une chose d’apprendre à faire une révérence comme il faut, c’en est une autre d’apprendre à la faire en lançant un couteau…

Alors j’ai lu les deux premiers tomes de cette saga qui en comporte actuellement au moins 4. Je vais malheureusement abandonner la série, mais ce n’est pas faute d’avoir beaucoup apprécié ma lecture ! je m’explique.
On se retrouve avec Sophronia, une jeune fille garçon manqué en plein 19ème siècle. Sa mère qui n’en peut plus, l’envoie dans un pensionnat censé apprendre les bonnes manières aux jeunes filles. Cela dit… elle va les apprendre mais le plus important là bas, c’est plutôt l’art de séduire, de mentir, d’empoisonner ou encore de tuer, tout cela bien sur sans en avoir l’air. J’ai adoré le concept et c’est franchement bien écrit. Les personnages ne sont pas clichés, il y en a pour tous les goûts et je me suis beaucoup amusée. Alors pourquoi cet abandon me direz vous ? Tout simplement parce que je ne pensais aucunement qu’il y aurait une race super tendance qui s’inviterait en chemin. Les vampires. J’ai en horreur les histoires avec des vampires (pardon à tous les fans, pas taper!!) et si dans le premier tome, je tolérais car ils semblaient secondaires, malheureusement pour moi, ils prennent de plus en plus de place dans l’intrigue principale…
Pour tout ceux qui n’ont rien contre ces personnages, lancez vous dans l’aventure, c’est drôle, rempli de suspens, vraiment bien écrit, et pas le temps de s’ennuyer. 

kinou content 2

CVT_Jane-Eyre-manga_9835Jane Eyre de Lee SunNeko par les éditions Nobi-Nobi, sorti en février 2017

Jane Eyre est une orpheline recueillie par sa tante, une femme jalouse qui fait de sa vie un enfer. Aidée par le médecin de famille suite à un malaise, Jane va partir dans le pensionnat de Lowood, une école insalubre où le typhus fait beaucoup de victimes. Rescapée de cet endroit, elle trouve ensuite un emploi de gouvernante dans le manoir de Thornfield. Sa rencontre avec le maître des lieux bouleversera sa vie à tout jamais mais l’indépendance de la jeune femme lui permettra-t-elle d’atteindre ce bonheur longtemps recherché ?

Je suis perplexe quant à donner un avis sur cette adaptation. J’ai adoré le roman original, moins les films, et ce mangas… disons qu’il a ses qualités mais aussi selon moi, ses défauts.

Dans un premier temps, je reconnais que les grandes lignes de l’intrigue ont été respectées, et que cela rend ce classique tout à fait accessible au plus grand nombre. C’est déjà bien, cela peut même inciter à lire l’oeuvre originale !
Ce qui m’a déjà davantage gênée, est particulièrement du au dessin en fait. Jane n’est pas censée être une beauté fatale, et Rochester encore moins. Eh bien là… si. ce qui rend quelques passages un peu… comiques. De plus, le style de dessin n’est pas adapté à l’ambiance de l’histoire, il reste trop simpliste. Je sais qu’il doit s’adresser aux plus jeunes mais là ça manque de cohérence. Enfin et sans rapport avec le dessin cette fois ci, j’ai trouvé Jane assez caricaturée pour le coup.
Moi qui ai beaucoup aimé la plupart des titres de cette collection, suis plus réservée sur cette adaptation. Cela dit, je suis heureuse de le voir tout de même à la portée des plus jeunes.

kinou mitigé

501 CES JOURS QUI DISPARAISSENT[BD].inddCes jours qui disparaissent de Timothée le Boucher aux éditions Glénat sorti en septembre 2017

Une course poursuite contre le temps perdu… Que feriez-vous si d’un coup vous vous aperceviez que vous ne vivez plus qu’un jour sur deux ? C’est ce qui arrive à Lubin Maréchal, un jeune homme d’une vingtaine d’années qui, sans qu’il n’en ait le moindre souvenir, se réveille chaque matin alors qu’un jour entier vient de s’écouler. Il découvre alors que pendant ces absences, une autre personnalité prend possession de son corps. Un autre lui-même avec un caractère bien différent du sien, menant une vie qui n’a rien à voir. Pour organiser cette cohabitation corporelle et temporelle, Lubin se met en tête de communiquer avec son « autre », par caméra interposée. Mais petit à petit, l’alter ego prend le dessus et possède le corps de Lubin de plus en plus longtemps, ce dernier s’évaporant progressivement dans le temps… Qui sait combien de jours il lui reste à vivre avant de disparaître totalement ?

En voilà une BD dans laquelle je me suis jetée à fond. Et aucun regret ou presque. Nous plongeons dans l’univers de Lubin, jeune acrobate, qui se réveille un jour et se rend compte que 24 h ont passé sans qu’il ne s’en rende compte. Et cela recommence. Après s’être assuré qu’il ne s’agit pas d’un canular, il comprend qu’un autre lubin vit pendant ces moments dont il n’a aucun souvenir… Une autre personnalité. Ils vont dés lors essayer de communiquer, se rendent compte combien ils sont différent et finalement, l’original se rend compte que l’autre prend son corps de plus en plus souvent et longtemps. Que se passe t’il ? pourquoi ?
Pffffiouuu j’ai eu du mal à me remettre de la lecture de cette BD. Sous son aspect simple, il amène tellement de réflexions ! J’étais vraiment dedans, avec Lubin, immergée jusqu’au bout des doigts. le dessin est vraiment beau, et dés lors qu’il m’a plu je n’ai pas eu à m’en plaindre. L’intrigue a prit toute la place dans mon petit cerveau. Le suspens est très bien mené et nous n’en savons pas plus que Lubin lui même. J’ai été tour à tour, émue, frustrée, énervée, j’ai ris et j’ai bien failli pleurer. C‘est bien plus profond que ça en à l’air et franchement, c’est prenant. On se pose un milliard de questions et l’auteur n’y répond pas ou presque, ce qui nous amène à tourner les pages… encore et encore. Franchement je n’ai rien à redire sur cette BD que j’ai adorée, sauf peut être (et oui sinon c’est pas drôle), la fin. Ce qui lui vaudra de ne pas figurer parmi mes coups de coeur. Oui oui à ce point là… Je ne peux tout simplement pas rester objective sur la fin ce qui après tout est aussi le but d’un avis.

kinou-tt-heureux

 

Un petit mot est toujours lu et très apprécié

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s