Adulte, Aventure, Chroniques romans, Drame, Romance

Le paradis blanc

Résultat de recherche d'images pour "le paradis blanc kristin hannah"Titre: Le paradis blanc

Auteur: Kristin Hannah

Éditeur: Michel lafon

Parution : Octobre 2018

Genre: drame, romance

Pages: 541

4ème de couverture

Quand Ernt rentre du Vietnam, Leni, dix ans, ne reconnaît pas son père. Poursuivi par de terribles cauchemars, il se montre violent envers sa femme Cora. Un jour, il reçoit une lettre du père d’un de ses amis, mort dans ses bras durant cet enfer, qui lui lègue une masure en Alaska. Ernt pense qu’il pourra s’y reconstruire. Avant la guerre, ils étaient si heureux…

 » Quelqu’un m’a dit un jour que l’Alaska ne forgeait pas le caractère, elle le révélait. La triste vérité, c’est que l’obscurité qui peut régner en Alaska a révélé le côté obscur de mon père.
Il était vétéran du Vietnam, ancien prisonnier de guerre. Nous ne savions pas alors tout ce que cela signifiait. Maintenant, nous le savons.  »

Mon Avis

Déjà merci aux éditions Michel lafon pour cette magnifique lecture. 1ère de l’année 2019. Pour moi lire ce roman était une évidence. J’aime beaucoup l’auteur dont j’ai lu un roman qui m’avait particulièrement marqué il y a quelques années, L’instant magique. Ensuite le résumé parle de l’Alaska, un pays que je rêve de découvrir, et enfin un drame familial à cause de la guerre. Tout pour que je plonge aussitôt dans ma lecture…

Notre narratrice est Leni, une petite fille de 10ans qui vit avec ses parents dans une petite ville au milieu des années 1970.  Son père Ernt est rentré du Vietnam et elle ne le reconnait pas. Il fait des cauchemars, il peut être violent,.. Un jour il reçoit une lettre. Un ami mort pendant la guerre lui a légué une propriété…. en Alaska. Il y voit l’occasion de tout recommencer loin de tout, de se reconstruire. Tous les 3 partent donc avec pour toutes possessions ce qu’ils peuvent faire entrer dans un van. Mais Ernt pourra t’il vraiment trouver ce qu’il cherche dans ce pays on ne peut plus rude ? L’obscurité ne le rendra t’il pas fou ? Cora et Leni supporteront elles les difficultés liées à ce mode de vie ?

L’exode d’une petite famille direction l’Alaska, le néant absolu, le froid, l’hiver, la nuit… Au début ça fait rêver de s’imaginer ce voyage avec eux. les grandes étendues, le silence, le calme, loin de tout… Mais nous allons vite nous rendre compte, en même temps qu’eux, que la vie en Alaska est loin d’être simple. Là bas il va falloir chasser, retaper un bout de maison, cuisiner, supporter le froid, le manque de présence humaine. Les coutumes un peu particulières aussi. Tout en espérant que Ernt ne retombe pas dans ses travers. L’intrigue est vraiment réaliste et bien menée. Nous suivons pas à pas les progressions de la petite famille, ses défaites, ses victoires. Les descriptions sont sublimes, on s’y croirait. On vit avec eux, un peu comme un double de Leni.

J’ai dévoré ce roman en quelques heures. Je me suis de suite retrouvée en cette petite fille en quête d’amitié, de repère et de joie. Je l’ai suivie volontiers dans un pays inhospitalier qui va se révéler pour elle une épreuve mais aussi un immense bonheur. J’ai pleuré, j’ai ris et je me suis mise en colère de nombreuses fois. Contre sa mère, et son père surtout. Pourtant je leur ai toujours trouvé des circonstances atténuantes, j’ai pardonné, comme Leni. Les personnages sont vraiment développés que ce soit les trois protagonistes principaux, ou les habitants de l’Alaska. Je me suis attachée à eux. Large Marge l’ancienne avocate qui gère l’épicerie, La famille décomposée Walker, dont Matthew le fils à le même âge que Leni. Mais aussi les Harlan la famille de l’ami de Ernt. Et tant d’autres. Tous ont leur histoire, et ils vont beaucoup nous apporter.

Voilà un de ces roman qu’on attrape et qu’on ne peut plus lâcher jusque la dernière page. Le suspens qui s’en dégage, les successions d’événements sans véritables temps mort, la profondeur des valeurs, des sentiments, de la vie elle même. J’ai beaucoup appris. J’ai refermé ce livre avec des frissons. je crois que j’aurais volontiers lu une suite, pour rester encore dans l’univers et suivre Leni… jusqu’au bout. A lire sous une couette bien chaude !

kinou cpt gaga