Chroniques romans, Drame, Tranche de vie

Anna ou l’oubli

anna-ou-l-oubli.jpgTitre: Anna ou l’oubli

Auteur: Michèle Tajan

Éditeur: Cairn

Pages: 224

Genre: Tranche de vie/drame

 

4ème de couverture

Anna n’a jamais rien dit de son passé. Venue vivre auprès de ses enfants dans les Hautes-Pyrénées, en exil d’elle-même et de son histoire, elle continuera à se taire, condamnant France et Charlotte à s’inventer une existence sans racines et sans repères, à se transmettre, de mère en fille, la même quête d’identité, à reproduire, d’une génération à l’autre, le même mal-être, la même difficulté d’aimer.Émigrés, proscrits, déportés, rescapés des génocides d’hier et d’aujourd’hui, les exilés ont tous des histoires différentes, mais tous gardent la cicatrice d’une perte irrémédiable. Le temps aidant, beaucoup réussissent à faire avec, se bricolent un autre destin, avec la vie qui continue, malgré tout, et les souvenirs de la vie d’avant. D’autre n’y parviennent qu’au prix du silence et de l’oubli.

C’est l’origine de cet engrenage que voudrait comprendre Charlotte lorsqu’elle tente d’assembler ses souvenirs comme les pièces d’un casse-tête, et de débusquer des réponses derrière les non-dits et les secrets de famille.

Mon Avis

Voici un roman qu’il faut lire avec l’idée que vous allez réfléchir, découvrir, que tout ne sera pas rose, mais que ce sera vrai. Qu’il y a de la vie, du vécu derrière. C’est vraiment ce que je retiens de ce magnifique ouvrage. Je remercie d’ailleurs Babelio pour cette lecture.

Anna… une jeune fille, une mère qui ne parle à personne de son passé, une mémé aimante mais toujours aussi mystérieuse. Qui est elle vraiment ? Qui est cette femme ayant élevé France sa fille, sans véritable amour maternel, sans trop savoir comment faire? Qui est cette femme venue vivre chez France à la mort de son mari, qu’aime tant Charlotte sa première petite fille ? Nul ne le sait réellement. Et c’est à son décès, voire des années plus tard que va commencer ce roman dans le but de découvrir, de démêler, d’enfin comprendre qui était Anna. Pour cela nous allons procéder comme un retour en arrière. Il y aura tout d’abord Charlotte, la petite fille qui, curieuse, va vouloir en savoir plus sur cette mémé qui comptait énormément pour elle. Puis il y aura France, pour qui Anna était une mère qui ne savait pas aimer. Et d’ailleurs, sans se l’avouer elle lui ressemble. Et enfin il y aura Anna… et sa vie d’avant, celle dont elle n’a jamais soufflé mot à personne.

C’est un récit qu’il est difficile de résumer. D’abord car il est à 3 voix ce qui rend parfois le puzzle compliqué à résoudre. Et pourtant c’est un élément qui rend ce roman unique. Découvrir la vie de ces 3 femmes les unes après les autres, liées par le sang, rend l’aventure tellement plus authentique et les liens entre générations deviennent réels.
Il est également compliqué de résumer tant de vie. Tant d’émotions, de sentiments, de vécu. C’est une partie de l’histoire sur laquelle je ne m’étais pas encore vraiment penchée et la découverte fut totale. Le fait de l’associer à la famille, les tabous, la descendance et tant d’autres choses ne la rend que plus pertinente et puissante.

Je crois que vous l’aurez compris, j’ai vraiment aimé ma lecture. J’ai appris, beaucoup appris. J’ai pleuré, et parfois je n’ai pas tout compris sur l’instant. Mon ressenti final du livre est vraiment différent de celui que j’ai eu en le lisant. Durant ma lecture j’ai trouvé le récit souvent décousu, je me perdais rapidement, ne comprenant pas pourquoi telle scène était évoquée,… et pourtant lorsque j’ai refermé le livre, c’est comme si tout avait trouvé sa place. Le récit d’Anna est vraiment celui qui va combler toutes les ornières sur le chemin.

Et je me suis dit que le pire…. c’est que des Anna il a du y en avoir énormément. Combien de personnes ne savent rien du passé de leurs parents ou grands parents ? Que cachent ces personnes si blessées qu’elles ont choisis de se taire ? Ce roman est là pour les faire sortir de l’oubli, pour les reconnaître enfin. Pour leur donner une voix, un espace de parole, une vie. Oui oui ça fait très philosophique dit comme ça mais c’est vraiment ce que j’ai ressenti. On connait tellement peu de choses parfois.

En résumé, cette lecture elle était au départ compliquée, dur à suivre, mais au final c’était magnifique. Certes je n’en suis pas ressortie pleine de joie, mais paradoxalement j’étais heureuse d’avoir tant appris. D’avoir lu ce récit si poignant. C’est sur j’aurais peut être préféré qu’il soit plus simple à lire. Néanmoins ce furent des moments qui resteront longtemps dans ma mémoire.

kinou tt heureux

 

Un petit mot est toujours lu et très apprécié

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s